Paris irrégulier

Paris Paris... en photos, en textes... Les aspects connus et les irrégularités de la ville...

04 août 2011

un trajet sur un vélib'

Tiens, ça faisait quelques temps que je n'avais pas parlé de vélo...

Hier, je vais à L'International, rue Moret, ça faisait longtemps. Hop, je vérifie si mes bouchons d'oreilles sont dans le sac (c'est souvent fort, là-bas), je regarde si un vélib' est disponible, et c'est parti.

Début du trajet, facile, je le fais souvent. Rejoindre Marcadet à Barbès. Facile, quand on sait prévenir tranquillement les piétons qu'on arrive : un petit coup de sonnette suffit en général. En 2 ans de vélib', je trouve que les piétons se poussent beaucoup plus facilement qu'avant de la piste cyclable qui est sur le trottoir. Bref, la sonnette et un sourire, c'est bon la plupart du temps. Sinon, crier de plus en plus fort "pardon" 2-3 fois...

Ensuite, j'arrive au métro Barbès. Là, je m'impose, comme souvent à vélo, parce que sinon, soit je ne passe pas, soit je me fais écraser. Ce jour-là, je veux tourner à gauche, la circulation est plutôt dense. Je slalome pour éviter les voitures arrêtées n'importe où, je me place à gauche, j'agite le bras tendu pour signaler mon déplacement, je regarde les conducteurs de voitures. Bref, tout va bien, je tourne.

La partie suivante est habituelle : piste cyclable séparée de la circulation, et toujours des voitures et autres camions garés à éviter. 

Pour trouver ma route, il faut juste suivre le métro aérien, simple comme bonjour.

Stalingrad, Jaurès... Là encore, je m'impose, je me place devant les voitures qui veulent tourner à droite alors que je veux aller tout droit.

Colonel Fabien, je n'aime pas : l'espèce de rond-point est vaste, et puis c'est pavé...

Puis j'arrive vers Belleville.

Et j'avais oublié que c'était le marché. Et qu'il y avait beaucoup de monde. Et Barbès, à côté, c'était rien. Bon... Je jongle entre piste et voie des voitures, selon l'emplacement des gens. Je résiste à la société de consommation en n'achetant rien malgré les dizaines de sollicitations des marchands. Je joue à saute-piste avec les scooters. Je passe au milieu des CRS qui sont plantés au milieu de la piste, pfff !

Et j'arrive, pas stressée, parce que le vélo en ville, j'ai l'habitude. Même si là, j'ai un peu cumulé monde et circulation.

Je me gare, je passe la soirée à L'International.

Et, parce que je n'ai pas envie de prendre le métro (il fait chaud, et puis le trajet n'est pas direct, en métro), je reprends un vélib'...

Et je refais le trajet dans l'autre sens. Pas de circulation automobile, c'est cool. Encore pas mal de piétons, la soirée est douce, on laisse les chaises sur les trottoirs.

Quelques visions de ce trajet retour... 

- les prières sous le métro, ou dans les rues

- les filles qui marchent sur le trottoir vers Château Rouge en attendant

Et le petit plaisir du jour : passer à la boulangerie un peu avant minuit, ne plus avoir beaucoup de choix, mais ne pas payer son pain parce que ça va fermer. 

Posté par parisiennette à 11:20 - Paris vélo - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    : )

    Posté par Lulu, 14 août 2011 à 16:41

Poster un commentaire